Syndicat National des Praticiens Hospitaliers Anesthésistes Réanimateur Elargi

Accueil > Communiqués de presse > Une résidence près de la mer pour un couple de PH !

Une résidence près de la mer pour un couple de PH !

Communiqués de presse du Mardi le 29 juin, 2021

Une résidence près de la mer pour un couple de PH !

Ce 23 juin 2021, le ministre a été auditionné, au cours d’une séance video-enregistrée (1)… et confirme son mépris pour les praticiens hospitaliers (PH) victimes du Ségur, c’est-à-dire les PH nommés avant le 1er octobre 2020, et plus jeunes que l’ex-dernier échelon.

Pour « compenser » une mesure prise pendant la période Ségur – la suppression des premiers échelons, gage nécessaire mais non suffisant pour attirer les jeunes à l’hôpital – les mesures du Ségur pour les PH déjà nommés – revalorisation de l’indemnité de service public exclusif et création de trois échelons en fin de grille – ne sont réellement favorables qu’aux PH en fin de carrière. Ainsi, les PH de « milieux de carrières », force vive de l’hôpital public, subissent un décalage de 4 ans d’ancienneté par rapport aux nouveaux arrivants. En outre, ils n’atteindront jamais les échelons de fin de carrière. Il s’agit pourtant de PH engagés depuis de très nombreuses années dans l’hôpital public malgré son délitement. Ils représentent la majorité des médecins qui ont assumé la crise sanitaire.

Le ministère reste sourd à cette injustice malgré l’action des syndicats et des intersyndicales depuis près d’un an, et ceci, pour des raisons purement financières. La mesure ne coûte pourtant pas si cher.

Ce 23 juin, le ministre accuse une nouvelle fois les syndicats non-signataires d’avoir menti aux PH, les PH de ne pas comprendre, et assume « en même temps » pleinement cette inégalité : « Il y a création de deux grilles de salaire parallèles […] c’est comme ça. » Et de nous vanter un couple ami PH de son âge d’avoir pu acheter une petite résidence pas très loin de la mer grâce au Ségur !

Encore une fois, l’exemple utilisé ne reflète en aucun cas la réalité : deux PH et non un seul, deux carrières qui se terminent à 66 ans au moins et sans interruption.

La grille de rémunération de ces praticiens n’a nullement été augmentée par le Ségur, seule une prime – dont on sait qu’elle peut disparaître à tout moment, par décision des tutelles ou simplement lors d’un congé de longue durée - permet de faire évoluer les émoluments d’environ 6 % alors qu’ils ont perdu 30 % en 30 ans.

Le simple alignement des grilles par une mesure transitoire aurait permis une valorisation équitable et légitime de tous les PH.

 

Le SNPHARE ne peut que constater la fuite constante des PH de tous âges, de toutes spécialités, vers d’autres modes d’exercice, dont le résultat ultime est l’installation d’une médecine à deux vitesses.

Le SNPHARE s’insurge : après le « beurre dans les épinards » de sa prédécesseur – transformé en décret il y a quelques semaines, la « résidence près de la mer » traduit de nouveau un mépris pour les PH, leur compréhension et l’action de leurs représentants.

Le SNPHARE attend du Ministre une réponse pragmatique, équilibrée et adaptée à la situation hospitalière et à l’attente de ces 30 000 praticiens. Ce n’est pas une résidence près de la mer que les PH attendent, mais une juste reconnaissance de leur travail et de leur engagement.


Envoyer :
Imprimer :

Commentaires

Nos derniers tweets
Retrouvez-nous sur Facebook
Projet du SNPHARE
Abonnez-vous à la newsletter

Ne ratez plus aucune actualité

en entrant vos cordonnées ici

Victime, Agression, injustice ?

RESTEZ INFORMÉ, INSCRIVEZ-VOUS AU SNPHARE

ADHÉRER