Syndicat National des Praticiens Hospitaliers Anesthésistes Réanimateur Elargi

Accueil > Actualités > SEGUR ET MA SANTE 2022 : EN PRATIQUE POUR LES PH…

SEGUR ET MA SANTE 2022 : EN PRATIQUE POUR LES PH…

Actualités du Vendredi le 17 juillet, 2020

Ci-joint l’accord qui a été signé entre le ministère et les syndicats CMH, SNAM-HP et INPH (cf pdf ci-dessous).

Nous avons refusé de signer ce protocole car les mesures financières - l’enveloppe de 450 millions du Ségur – ne sont absolument pas gage d’attractivité pour l’hôpital public.

Voici ce que l’« investissement massif » « quoi qu’il en coûte » représente pour les personnels médicaux, après six semaines intensives d’appels à contributions et de réunions au ministère…

Ce sont des chiffres bruts… Pourquoi le compte n’y est pas ?

  • Parce que l’indemnité de service public ne compense absolument pas les rémunérations liées à l’activité libérale à l’hôpital. Et qu’une prime n’est pas un salaire.
  • Parce que les échelons des milieux de carrière « quadra-quinquas » sont les dindons de la farce. 300 euros depuis près de 20 ans, c’est-à-dire, un perpétuel signal de mépris, une absence de reconnaissance de la fidélité au service public, alors que la pilule de 2017 n’est toujours pas passée : trop jeunes pour la mesure d’augmentation de l’IESPE et trop vieux pour la PECH…
  • Parce que les présidents des syndicats signataires de l’accord et le ministre ont décidé de consacrer environ 30 % de l’enveloppe du Ségur « médecins » (nous n’avons pas le chiffrage précis) à environ 17 % des praticiens (ceux qui approchent de la fin de leur carrière…) au détriment d’une revalorisation salariale équilibrée et équitable pour tous, et une valorisation de la permanence des soins (décompte du temps de travail, indemnité de sujétion).

Les autres mesures du protocole d’accord sont assez évanescentes, et pas financées !

Par ailleurs, Ma Santé 2022 a permis d’obtenir deux décrets issus de la négociation syndicale à laquelle nous avons participé au sein de notre intersyndicale, et valables dès les nominations de cet été :

- IESPE dès la période probatoire (et non à l’issue de la période probatoire)

- Suppression des 3 premiers échelons de la grille salariale :  

  • l’entrée dans la carrière se fait pour tous les PH à échelon actuellement dénommé 4,
  • il y aura une reprise de l’ancienneté (les années travaillées avant d’être PH), ce qui va en pratique faire entrer les PH à un échelon encore plus élevé ;
  • nous allons donc nous retrouver dans une situation ubuesque, où
    • des PH nommés il y a un ou deux ans seront moins bien payés que les PH nouvellement nommés
    • des PH nommés il y a de nombreuses années seront au même échelon – ou très proches – de ceux qui entrent dans la carrière
  • Il serait légitime que cette mesure soit accompagnée d’un reclassement de chaque PH de 3 échelons ; cette demande – sur laquelle vous êtes très nombreux à nous interroger - n’a pas été retenue par le ministère !

Il y a de quoi être en colère, nous ne pouvons en rester là : nous reviendrons très vite vers vous pour des propositions d’actions collectives, car dans notre intérêt et celui de l’hôpital public, il faut obtenir ces indispensables mesures :

  • Reconnaissance du temps travaillé
    • définition des obligations de service,
    • intégration du samedi matin à la permanence des soins,
    • econnaissance de 3 demi-journées (plages) pour la garde de nuit « 24 h = 5 DJ », décompte du temps travaillé en journé
  • Revalorisation des indemnités de sujétion à hauteur de celles des hospitalo-universitaires
  • Reclassement des PH à + 3 échelons dans le cadre de la nouvelle grille salariale

Télécharger le PDF
Envoyer :
Imprimer :

Commentaires

Nos derniers tweets
Retrouvez-nous sur Facebook
Projet du SNPHARE
Abonnez-vous à la newsletter

Ne ratez plus aucune actualité

en entrant vos cordonnées ici

Victime, Agression, injustice ?

RESTEZ INFORMÉ, INSCRIVEZ-VOUS AU SNPHARE

ADHÉRER