Syndicat National des Praticiens Hospitaliers Anesthésistes Réanimateur Elargi

Accueil > Communiqués de presse > PATIENTS EN DANGER L’ARS Pays de la Loire ferme les Urgences … et les remplace arbitrairement par une équipe paramédicale d’urgence !

PATIENTS EN DANGER L’ARS Pays de la Loire ferme les Urgences … et les remplace arbitrairement par une équipe paramédicale d’urgence !

Communiqués de presse du Lundi le 10 mai, 2021

PATIENTS EN DANGER

L’ARS Pays de la Loire ferme les Urgences

… et les remplace arbitrairement par une équipe paramédicale d’urgence !

Communiqué de presse du 10 Mai 2021

 

Le service des Urgences du Centre Hospitalier de Château du Loir dans la Sarthe fermera fin mai et sera remplacé par une infirmière seule avec un ambulancier. On n’a jamais vu ça !

On nous présente ce dispositif comme une innovation, un progrès. De qui se moque-t-on ?

Remplacer tout un service d’accueil des urgences qui fonctionne 24H sur 24 avec des équipes médicales et paramédicales rompues à la prise en charge de patients atteints de pathologies graves et complexes, nécessitant des soins en urgence, par une infirmière et un ambulancier ? Nous sommes dans le domaine de l’incompétence et de l’irrationnel. Les patients sont en danger.

Une fois de plus, les compétences des médecins sont galvaudées, le nivellement des qualifications vers le bas est devenu la règle dans notre pays. Il ne s’agit plus de glissement de tâches mais du remplacement organisé des médecins par des soignants, certes dévoués mais illégitimes dans ce rôle. Où s’arrêtera le dénigrement des praticiens ? Demain demandera-t-on à d’autres corps de métier de prendre en charge les patients victimes d’un infarctus du myocarde ou d’un accident de la route ?

On nous ressert toujours la même litanie : « il n’y a plus de médecins urgentistes, c’est mieux que rien » afin de faire passer la pilule à la population concernée. C’est un échec du Ségur de la Santé qui est incapable d’être à la hauteur des enjeux de Santé Publique de notre pays.  Alors que la pénurie de praticiens dans toutes les spécialités s’aggrave dans l’indifférence générale de nos décideurs, toutes les propositions du SNPHARE sur l’attractivité, la permanence des soins, le temps de travail, les territoires sont restées lettres mortes lors du Ségur.

Lorsque l’on creuse un peu, la réalité est toute autre ! Le SAU du centre hospitalier de Château du Loir a besoin pour fonctionner 24h/24 d’une ligne de garde « H24 » de praticien hospitalier, ce qui correspond à l’emploi de sept médecins équivalent temps plein. Et c’est là que le bât blesse ! A 8000 passages par an, le budget nécessaire au bon fonctionnement de ce SAU n’est probablement pas compensé par les recettes. Pire encore, faire appel à des médecins intérimaires fait exploser la note.

Les besoins de soins de proximité du bassin de population concerné sont niés. L’égalité de prise en charge des patients sur notre territoire national est rompue. Un service d’urgence qui ferme aujourd’hui, le restera sûrement définitivement… le transitoire qui dure est souvent la règle lorsque nos décideurs n’ont qu’une vision comptable de la situation. Cautionner ce dispositif est indigne, c’est confisquer aux patients une prise en charge légitime de qualité et de sécurité.

Depuis des années, les politiques successives ont transformé des SAU fonctionnant jour et nuit en centre de consultations non programmées de jour uniquement... ce qui est déjà une rupture de la permanence des soins et un affaiblissement du service public hospitalier. Aujourd’hui on franchit une ligne supplémentaire, sans précédent, en fermant toute une structure hospitalière et en demandant à une personne seule de jouer le même rôle. A n’en pas douter, quand il s’agit de coupes budgétaires, nos tutelles sont plus que zélées.

 

 

Le SNPHARE ne peut se taire face à des décisions arbitraires et dangereuses pour la population.

Le SNPHARE alerte la population et dénonce les risques de telles organisations dégradées : il n’acceptera jamais que des équipes paramédicales d’urgence se substituent à des services d’accueil des urgences pluri professionnels ouverts 24h/24.

Les politiques de santé successives sont sur la même ligne éditoriale : « l’abandon de l’Hôpital Public » : il est temps de changer de paradigme.

Le SNPHARE demande en urgence une rencontre spécifique à ce sujet avec le Ministre des Solidarités et de la Santé.

Contact : Dr Anouar Ben Hellal anouar.benhellal@snphare.fr 06 73 78 00 46


Télécharger le PDF
Envoyer :
Imprimer :

Commentaires

Nos derniers tweets
Retrouvez-nous sur Facebook
Projet du SNPHARE
Abonnez-vous à la newsletter

Ne ratez plus aucune actualité

en entrant vos cordonnées ici

Victime, Agression, injustice ?

RESTEZ INFORMÉ, INSCRIVEZ-VOUS AU SNPHARE

ADHÉRER