Syndicat National des Praticiens Hospitaliers Anesthésistes Réanimateur Elargi

Accueil > Actualités > IADE et PRATIQUE AVANCÉE : LE SNPHARE AUDITIONNÉ À L’ASSEMBLÉE NATIONALE

IADE et PRATIQUE AVANCÉE : LE SNPHARE AUDITIONNÉ À L’ASSEMBLÉE NATIONALE

Actualités du Lundi le 07 juin, 2021

IADE et pratique avancée : le SNPHARE auditionné à l’Assemblée Nationale

Le SNPHARE a participé à la table ronde organisée par la commission des affaires sociales de l’Assemblée Nationale le 19 mai 2021, au sujet de la mission « Professions de santé : évolution des périmètres de compétences, des protocoles de coopération et des pratiques avancées » (rapporteur : député Cyrille Isaac-Sibille). Cette mission fait suite au retrait de l’article 1 de la proposition parlementaire de loi de la députée Stéphanie Rist (« PPL Rist ») qui créait les professions intermédiaires : les syndicats de médecins se sont opposés unanimement à cette création dont le seul but était de pallier la pénurie médicale (cf. CP …) sans évaluer le retentissement sur la prise en charge des patients.

La position du SNPHARE rejoint celle du SNARF, de la SFAR et du Conseil National Professionnel d’Anesthésie-Réanimation, et a été communiquée sous forme de contribution à la mission.

respect du décret de l’anesthésie de 1994 et du décret de compétences IADE de mars 2017, qui définit très clairement la collaboration MAR-IADE
refus de la transformation du métier d’IADE en pratique avancée telle qu’elle est décrite dans la législation, car la pratique avancée permet une autonomie totale (et non supervisée) : consultation, prescription, actes et donc permettrait au législateur de décider que les consultations pré-anesthésiques ne soient plus médicalisées ou qu’un IADE puisse endormir sans médecin anesthésiste-réanimateur à proximité voire sur site
- demande d’une reconnaissance des IADE au vu de leur spécialisation, dans le cadre d’un enseignement théorique (assuré en grande partie par les médecins anesthésistes-réanimateurs) et pratique poussé (2 ans de formation) et de leur implication dans l’acte anesthésique, c’est-à-dire soutien de la demande d’évolution statutaire et de revalorisation salariale des IADE ; cette reconnaissance est d’autant plus importante que le Ségur n’a absolument pas valorisé les IADE, lesquels sont pleinement investis dans le renfort sanitaire en réanimation (in situ et création des réanimations éphémères) depuis plus d’un an.

Envoyer :
Imprimer :

Commentaires

Nos derniers tweets
Retrouvez-nous sur Facebook
Projet du SNPHARE
Abonnez-vous à la newsletter

Ne ratez plus aucune actualité

en entrant vos cordonnées ici

Victime, Agression, injustice ?

RESTEZ INFORMÉ, INSCRIVEZ-VOUS AU SNPHARE

ADHÉRER