Syndicat National des Praticiens Hospitaliers Anesthésistes Réanimateur Elargi

Accueil > Actualités > Harcèlement moral au CHU de La Réunion : Le retour de la mission IGAS

Harcèlement moral au CHU de La Réunion : Le retour de la mission IGAS

Actualités du Vendredi le 26 juin, 2020

Ils étaient venus en février 2020 inspecter un service où des praticiens avaient déposé plainte au pénal pour harcèlement moral, parfois nommément contre la Présidente de CME et le Directeur général du CHU de La Réunion. Ils avaient prévu de revenir en avril, mais la crise sanitaire en avait décidé autrement. Les trois inspecteurs de l’Inspection Générale des Affaires Sociales (IGAS) seront donc à nouveau au CHU de La Réunion à partir du 30 juin 2020.

Déjà en 2018, le SNPHARE avait – vainement - alerté les directeurs généraux de l’ARS et du CHU sur les signalements de harcèlement moral qui lui avaient été rapportés. La situation s’est depuis fortement dégradé, les suspensions abusives se multipliant à La Réunion… et donc les réintégrations… faute de preuve, et avec l’aide de notre intersyndicale Avenir Hospitalier.

En février 2020, devant la gravité de la situation, les organisations syndicales du personnel soignant avaient alerté la direction sur la souffrance et la dégradation de la santé d’un des praticiens de ce service et réclamé d’urgence la tenue d’un CHSCT extraordinaire. La direction avait alors refusé de convoquer ce CHSCT et donc d’assumer ses obligations de sécurité et de protection envers le personnel. En effet, le CHSCT n’a pas été convoqué, notamment au prétexte que l’IGAS était informée de la situation.

Dans ces conditions les signalements pour harcèlement ne peuvent que se multiplier. A titre d’exemple l’intégralité des 6 praticiens d’un service vient de signaler une situation de harcèlement moral subi par une de leur collègue au directeur du CHU. Curieusement, le chef de service et le chef de pôle, pourtant nommément mis en cause, sont totalement dédouanés par la direction.

Le SNPHARE, très présent à La Réunion, attend de la mission IGAS en cours qu’elle mette enfin un terme à ce genre de pratiques, régulièrement dénoncés mais toujours tristement d’actualité au CHU de La Réunion.

Envoyer :
Imprimer :

Commentaires

Nos derniers tweets
Retrouvez-nous sur Facebook
Projet du SNPHARE
Abonnez-vous à la newsletter

Ne ratez plus aucune actualité

en entrant vos cordonnées ici

Victime, Agression, injustice ?

RESTEZ INFORMÉ, INSCRIVEZ-VOUS AU SNPHARE

ADHÉRER