Syndicat National des Praticiens Hospitaliers Anesthésistes Réanimateur Elargi

Accueil > Communiqués de presse > GRÈVE DES PRATICIENS HOSPITALIERS : OÙ EST PASSÉ LE DIALOGUE SOCIAL ?

GRÈVE DES PRATICIENS HOSPITALIERS : OÙ EST PASSÉ LE DIALOGUE SOCIAL ?

Communiqués de presse du Jeudi le 11 février, 2021

GRÈVE DES PRATICIENS HOSPITALIERS : OÙ EST PASSÉ LE DIALOGUE SOCIAL ?

Les praticiens hospitaliers (PH) sont en grève depuis le 11 janvier 2021, soit depuis un mois, au sujet de la non-intégration de ces praticiens dans les nouvelles mesures de décompte de l’ancienneté, réservée aux seuls praticiens nommés depuis le 1er octobre 2020.

Les praticiens qui tiennent l’hôpital public depuis des années sont tous perdants, et voient leur investissement balayé d’un revers de main. La mesure favorable aux jeunes devait être compensée dans le Ségur, elle ne l’a pas été.

Malgré : une interpellation à de nombreuses reprises du ministère, le dépôt d’une recours en Conseil d’Etat contre le décret du 28 septembre 2020, le dépôt de milliers de recours gracieux auprès du Centre National de Gestion, bras armé du ministère pour « gérer » la carrière des PH, une enquête montrant que 80 % des PH étaient mécontents… aucune attention n’a été portée par le Ministre à cette injustice. Le préavis de grève du 14 décembre 2020 devait permettre de négocier, aucune réponse… en dehors d’un coup de téléphone juste avant le début de la grève, assorti d’un refus de réunion de négociation. La grève a débuté le lundi 11 janvier 2021. Comme toute grève de praticiens hospitaliers, et a fortiori en période de troisième vague, les praticiens sont en grève mais cela ne se voit pas : ils continuent à soigner tout en étant en grève. Un mois après, toujours aucun signe du ministère.

Le Ministre joue la montre : épuisement espéré du mouvement avec la crise sanitaire et les vacances scolaires, facilité par le silence d’une grève sans manifestation et au chevet des patients, attente de la procédure juridique… et fait l’apologie des soignants, ces héros toujours debout même épuisés. Il semble plus préoccupé du sauvetage de sa stratégie vaccinale – où il rémunère les médecins vaccinateurs 3 à 5 fois plus cher que les praticiens hospitaliers – que de l’attractivité et de la fidélisation des carrières à l’hôpital public… sans qui il aurait été pourtant impossible de prendre en charge les patients depuis un an !

Au bout d’un mois, et à la lumière des ruptures itératives de dialogue social en 2020, le SNPHARE est contraint de constater que rien, en dehors de la justice, ne semble permettre le dialogue entre les praticiens et leur ministre, afin de réparer une erreur du Ségur. Compte tenu des circonstances, il cesse d’appeler les praticiens à se déclarer grévistes tous les lundis et prévient, en l’absence de reprise du dialogue, que les praticiens hospitaliers sauront faire beaucoup de bruit « dès que les conditions sanitaires le permettront ».

Le SNPHARE regrette l’évolution calamiteuse de ce conflit et souhaite rétablir le dialogue : la résolution de ce conflit par la justice serait un cuisant échec pour le dialogue social, dialogue social pourtant souhaité par le Premier Ministre lors de la signature du Ségur.

Le SNPHARE renouvelle sa demande de rendez-vous auprès du Ministre de la Santé au sujet de l’ancienneté des praticiens hospitaliers.


Télécharger le PDF
Envoyer :
Imprimer :

Commentaires

Nos derniers tweets
Retrouvez-nous sur Facebook
Projet du SNPHARE
Abonnez-vous à la newsletter

Ne ratez plus aucune actualité

en entrant vos cordonnées ici

Victime, Agression, injustice ?

RESTEZ INFORMÉ, INSCRIVEZ-VOUS AU SNPHARE

ADHÉRER