Syndicat National des Praticiens Hospitaliers Anesthésistes Réanimateur Elargi

Accueil > Actualités > Enquête SNPHARE : 80 % des PH sondés sont mécontents

Enquête SNPHARE : 80 % des PH sondés sont mécontents

Actualités du Mardi le 08 décembre, 2020

LES PRATICIENS HOSPITALIERS PUNIS POUR LEUR FIDÉLITÉ :

ÇA NE PASSE PAS ET ÇA NE PASSERA PAS.

Enquête SNPHARE : 80 % des PH sondés sont mécontents

 

Le SNPHARE a réalisé une enquête « flash » pour recueillir l’avis des praticiens hospitaliers (PH) sur les modalités d’application des mesures « Investir pour l’hôpital » et « Ségur » concernant la supposée revalorisation des carrières. Le constat de la colère des praticiens hospitaliers est sans appel.

Le SNPHARE a réalisé une enquête du 30 novembre au 3 décembre 2020 auprès de l’ensemble des PH. Nous publions aujourd’hui les résultats (cf. document en annexe). En quatre jours, cette enquête recueille près de 6000 réponses complètes, ce qui dépasse la participation déjà immense de nos deux enquêtes « Ségur » : les PH se sentent concernés et veulent s’exprimer.

Alors que les arrêtés de reclassement ont été édités par le Centre National de Gestion le 12 octobre 2020, sans information préalable de la DGOS et du CNG pour application de la nouvelle numérotation des échelons sur la grille au 1er octobre 2020, 44 % n’ont pas encore reçu leurs arrêtés de reclassements, 9 % n’ont qu’un arrêté collectif (… et 1 % a été averti pas leur établissement qu’il ne les recevrait pas).

La perception de la réforme statutaire en cours est très nette : si la suppression des 3 premiers échelons, rendant attractive l’entrée de carrière, recueille une grande majorité d’avis favorable (61 %), les modalités de reclassement sur la nouvelle grille de 10 échelons des PH nommés avant 2020 sont jugées défavorables pour plus de 80 % des praticiens hospitaliers (87 % chez les PH de moins de 40 ans) et la plupart d’entre eux a fait ou s’apprête à faire un recours. Ainsi, l’iniquité du reclassement, non avantageux pour les PH engagés avant 2020 et fidèles au service public, qui ont permis de faire tenir l’hôpital public pour le COVID et bien avant, ne passe pas, et conduira inéluctablement à la désertification des hôpitaux par les médecins jusqu’ici investis, engagés et fidèles.

On ne pourra pas tenir un hôpital public avec des professionnels désabusés.

Une mesure compensatoire et égalitaire – reclasser l’ensemble des praticiens sur la même grille d’échelon, en recalculant leur ancienneté sur la base des articles R6152-15 et R6152-17, c’est-à-dire quatre années d’ancienneté à reprendre, pour la plupart – doit être appliquée. Elle permettra de montrer que le choc d’attractivité est réellement en marche pour les praticiens, qu’ils soient en début, milieu ou fin de carrière.

 


Télécharger le PDF
Envoyer :
Imprimer :

Commentaires

Nos derniers tweets
Retrouvez-nous sur Facebook
Projet du SNPHARE
Abonnez-vous à la newsletter

Ne ratez plus aucune actualité

en entrant vos cordonnées ici

Victime, Agression, injustice ?

RESTEZ INFORMÉ, INSCRIVEZ-VOUS AU SNPHARE

ADHÉRER