Syndicat National des Praticiens Hospitaliers Anesthésistes Réanimateur Elargi

Accueil > Actualités > Décès aux urgences : à qui le tour ?

Décès aux urgences : à qui le tour ?

Actualités du Dimanche le 20 janvier, 2019

La mission conjointe AP-HP/ARS Ile de France concernant le décès aux urgences de Lariboisière a rendu public son rapport.
Le constat est unanime et sans ambigüité. On retrouve toujours les trois facteurs à l'origine des drames aux urgences : la suractivité des structures d'urgences, le sous-effectif médical patent et le manque de surface criant des urgences. 

Le SNPHARE ne cesse de dénoncer les conditions de travail dégradées des praticiens et de l’ensemble des personnels soignants dans toutes les structures d'urgences de l'Hôpital Public : "Le nombre de médecins et de personnels soignants est dramatiquement insuffisant pour faire face au nombre de patients. Les délais de prise en charge s’allongent sans arrêt et sont insupportables pour les patients comme pour les soignants. Les surfaces des services d’urgence, les nombres de boxes d’examen sont insuffisants pour accueillir dignement les patients et leurs familles." disions-nous le 24 décembre 2018 (cf ci-dessous).

Il est difficile de s'organiser lorsque la dégradation des fondamentaux structurels des urgences sont à ce point délabrés. La sécurité des patients n'est plus assurée dans beaucoup d'hôpitaux. Les drames se succèdent, plongeant les familles dans l'incompréhension et le deuil. Nous vivons un véritable scandale sanitaire depuis de nombreuses années. Les alertes ne sont pas entendues à la mesure de la gravité des situations. Notre indignation contraste avec l'indifférence de nos décideurs face à ces drames.

Le SNPHARE est déterminé plus que jamais à ce que la santé de nos concitoyens ne soit plus mise en danger de telle manière. Notre Santé ne doit pas se mesurer à l’échéance 2022. Le SNPHARE demande d'urgence au Ministère de donner les moyens nécessaires à la hauteur de la surcharge d'activité de toutes les structures d'urgences de notre pays. 

Publié le 24/12/2018

La liste des drames aux urgences ne cesse de s’allonger, ces derniers temps. Le décès survenu aux urgences de l’hôpital Lariboisière, en plein centre de Paris, est consternant et n’est malheureusement pas isolé. Le SNPHARE adresse toutes ses condoléances à la famille et aux proches de la victime et demande que les résultats de l’enquête en cours soient rendus publics.
 
Année après année, les structures d’urgence se sont organisées et réorganisées avec des équipes de soignants consciencieux et professionnels qui n’ont de cesse d’apporter aux patients des soins et des prises en charge les plus appropriées à leurs états de santé. L’activité des structures d’urgences à l’échelle nationale bat des records, avec plus de 20 millions de passages aux Services d'Accueil des Urgences et plus de 30 millions d’appels par an au SAMU. Un constat sans appel, les ressources humaines et matérielles des structures d’urgence sont en inadéquation majeure avec le nombre de demande de prise en charge de la population. On peut fermer les yeux et ne parler que de problèmes d’organisation mais la réalité est tout autre, car il est impossible de faire « toujours plus » avec « encore moins ».
 
C’est la quadrature du cercle, on n’évoque même plus la qualité des soins. A l’heure où nous parlons, la sécurité des patients n’est plus assurée dans de nombreux hôpitaux. Malgré les alertes adressées ces dernières années, à nos directions et au Ministère de la Santé, les tutelles restent sciemment sourdes aux appels les plus désespérés. Les démissions de praticiens se multiplient. Le nombre de médecins et de personnels soignants est dramatiquement insuffisant pour faire face au nombre de patients. Les délais de prise en charge s’allongent sans arrêt et sont insupportables pour les patients comme pour les soignants. Les surfaces des services d’urgence, les nombres de boxes d’examens sont insuffisants pour accueillir dignement les patients et leurs familles. Les brancards entravent les couloirs, la confidentialité des échanges entre les patients et les soignants ainsi que le secret médical ne sont plus garantis, dans nos établissements. Faut-il que le personnel des urgences et de l’hôpital dans son ensemble, porte une blouse jaune pour enfin être entendu ?
 
C’est un scandale sanitaire, l’inertie du ministère est coupable. Il est urgent d’agir !
 
Les moyens actuels sont insuffisants face à la surcharge. Les réductions de personnels et la fermeture de lits sont devenues la règle. L’ONDAM est gravé dans le marbre et ne bougera pas. Les enquêtes diligentées, après les drames de ces dernières années éludent systématiquement le manque de moyens et recherchent le coupable idéal parmi les soignants. Sans nul doute, au vu de la dégradation de notre système de soins, les professionnels des urgences n’ayant plus les moyens de leurs objectifs de soins, se sont posés cette question plus d'une fois : «Un patient est décédé aux urgences : A qui le tour ? »
 
Le SNPHARE, plus que jamais, soutient les équipes soignantes et dénonce ce scandale sanitaire indigne de notre pays. Il demande à Madame A. Buzyn,  à être reçu sans délai, afin de mettre en place les moyens et les mesures de sécurité indispensables pour une prise en charge de qualité intrinsèquement  légitime pour nos concitoyens.  

 


Télécharger le PDF
Envoyer :
Imprimer :

Commentaires

Nos derniers tweets
Retrouvez-nous sur Facebook
Projet du SNPHARE
Abonnez-vous à la newsletter

Ne ratez plus aucune actualité

en entrant vos cordonnées ici

Victime, Agression, injustice ?

RESTEZ INFORMÉ, INSCRIVEZ-VOUS AU SNPHARE

ADHÉRER