Syndicat National des Praticiens Hospitaliers Anesthésistes Réanimateur Elargi

Accueil > Actualités > COVID 19 - CNP-ARMPO : Réanimations éphémères

COVID 19 - CNP-ARMPO : Réanimations éphémères

Actualités du Lundi le 27 juillet, 2020

Le CNP-ARMPO (Conseil National Professionel d'Anesthésie-Réanimation et Médecine Péri-Opératoire) a élaboré un guide pour la mise en place des réanimations éphémères. Celui-ci a été adressé aux services du Ministère de la Santé.

Pour rappel, les Propositions pour des soins critiques sécurisés en cas de nouvelle vague pandémique COVID-19 CNP-MIR/CNP-ARMPO en 10 points :

  1. Ouverture de tous les lits de réanimation actuellement fermés faute de personnel soignant (estimation environ 550/600 lits). Cette réouverture permettra d’augmenter de façon pérenne et simple le capacitaire de lits de réanimation à 5600 lits, proche des 6200 lits existant en 2009.
  2. Renforcement du pool des IDE en réanimation en portant le ratio soignant de 1 IDE/2,5 lits de réanimation à 1 IDE/2 lits de réanimation avec une montée en charge dès le mois de septembre (par similitude pour la réanimation pédiatrique 1 IDE/2 lits et pour les réanimations pédiatriques spécialisées 1/1,5). Ce renforcement nécessite le recrutement de 3000 à 3500 IDE qui bénéficieront d’une formation selon le référentiel des compétences des IDE de réanimation (SRLF/SFAR). Renforcement des personnels IDE en surveillance continue (1IDE/ 4 lits).
  3. Recensement dans chaque établissement de santé des personnels IDE compétents en réanimation, associé à des propositions de formations complémentaires (DPC) pour les personnels travaillant hors réanimation. Constitution d’une base régionale regroupant les IDE des Etablissements de Santé publics et privés ayant une compétence en réanimation de manière à constituer l’amorce d’une réserve sanitaire territoriale et nationale. Cette compétence en réanimation devra répondre au référentiel des compétences des IDE de réanimation (SRLF/SFAR) et validée par les CNP-MIR, CNP-ARMPO et CNP-IDE (ainsi que par la Fédération nationale des IDE de réanimation).
  4. Chaque établissement de santé autorisé pour l’activité de réanimation se dote d’un plan Situation Sanitaire Exceptionnelle (SSE COVID-19) décrivant les conditions d’augmentation du capacitaire de réanimation en privilégiant la proximité avec les unités de soins critiques pérennes : 1°) l’extension des secteurs de réanimation par l’utilisation des lits d’USC habituellement adossés aux réanimations et préalablement équipées de ventilateurs. Cette étape ne devrait pas perturber le fonctionnement de l’hôpital et repose sur les ressources humaines exerçant de façon quotidienne en soins critiques/réanimation, permettant d’encadrer les renforts et les personnels nouvellement formés. 2°) L’extension des lits de réanimation dans un second temps dans les lits d’unités de soins intensifs créant ainsi des unités à autorisation exceptionnelle de réanimation (ou unités éphémères de réanimation) avec chambres individuelles en partie déjà équipées en matériel de monitoring qui conviendra de doter d’un ventilateur et des équipements de perfusion adéquats. Cette étape ne devrait pas perturber de façon majeure l’activité de l’hôpital en dehors des soins critiques ; 3°) L’extension des lits de réanimation au-delà, chambres individuelles d’hospitalisation non équipées ou salles ouvertes de type surveillance post-interventionnelle. Ces nouveaux secteurs, idéalement mitoyens des réanimations pérennes, devront faire l’objet de pré-aménagements techniques dont la faisabilité doit être rapidement évaluée, de manière à assurer leur transformation facile en unités éphémères de réanimation. Ces trois étapes permettent d’atteindre un objectif entre 150% à 250% du capacitaire autorisé.
  5. Le Plan SSE COVID-19 définit également les conditions de la gouvernance et du pilotage des secteurs de réanimation, classiques et unités éphémères, qui doivent être par les médecins responsables des secteurs de réanimation MIR et ARMPO.
  6. La création de nouveaux lits de réanimation dans le cadre du plan SSE COVID-19 est subordonnée à une approche RH approfondie portant notamment sur les ressources médicales et non médicales compétentes avec une expérience au quotidien en réanimation. La compétence ne pouvant être éphémère, mais acquise et entretenue au quotidien.
  7. Les établissements de santé disposant de secteurs d’USC non adossés à un secteur de réanimation peuvent obtenir une autorisation temporaire de réanimation si le chef de service est un ARMPO ou un MIR. Ils peuvent contribuer au deuxième niveau d’unités éphémères de réanimation, mais ont pour vocation première d’assurer l’aval de prise en charge post-réanimation dans le cadre du réseau territorial. 
  8. S’assurer de la disponibilité effective en respirateurs de réanimation et en appareils biomédicaux en nombre suffisant pour couvrir l’ensemble des lits de réanimation et d’USC adossés. Au-delà, il faut que les unités éphémères de réanimation puissent disposer à leur ouverture d’un équipement identique à celui des réanimations autorisées (au niveau local et/ou territorial) en dehors des ECMO et des appareils d’assistance rénale, qui seront a priori réservés aux unités de réanimation autorisées. Les équipements destinés aux unités éphémères de réanimation doivent être disponibles sur place ou en réserve dans l’hôpital sous la responsabilité des responsables des secteurs de réanimation.
  9. Définir, à l’échelon régional et/ou infra régional, l’organisation d’un réseau de soins critiques des Etablissements de Santé publics et privés, adultes et pédiatriques,  et disposer d’un plan précisant pour chaque établissement les modalités d’une montée en charge graduée (cf. point 4), la typologie de patients admis, et les conditions de son évolution organisationnelle en fonction de la pression épidémique en sachant que l’existence d’unités mixtes COVID +/COVID- n’est pas impossible. De même, mettre en place, en lien avec l’ARS et les SAMU, des cellules territoriales de gestion et de coordination du réseau animées par des professionnels de la réanimation, afin d’envisager les transferts si nécessaires.
  10. Définir les unités d’aval des secteurs de réanimation destinés à faciliter le flux des patients en distinguant des secteurs d’USC non adossés à une réanimation, de médecine, de sevrage respiratoire.  

Télécharger le PDF
Envoyer :
Imprimer :

Commentaires

Nos derniers tweets
Retrouvez-nous sur Facebook
Projet du SNPHARE
Abonnez-vous à la newsletter

Ne ratez plus aucune actualité

en entrant vos cordonnées ici

Victime, Agression, injustice ?

RESTEZ INFORMÉ, INSCRIVEZ-VOUS AU SNPHARE

ADHÉRER