Syndicat National des Praticiens Hospitaliers Anesthésistes Réanimateur Elargi

Accueil > Communiqués de presse > Coronavirus : l’hôpital public, déjà souffrant, est mis à l’épreuve.

Coronavirus : l’hôpital public, déjà souffrant, est mis à l’épreuve.

Communiqués de presse du Vendredi le 06 mars, 2020

La France est sur le point de passer en stade 3 de l’épidémie d’infections au Covid-19. Comme la médecine de ville, l’hôpital public est en première ligne pour prendre en charge ces patients.

L’épidémie de coronavirus, par la charge de travail qu’elle impose (nombre supplémentaires de patients à traiter, mesures de protections drastiques) et par le risque de pénurie de personnels ou de structures (contaminations et mesures de confinements), met les systèmes de santé à l’épreuve. L’hôpital public est déjà à l’agonie, il ne survit que grâce au sens de l’engagement de ses personnels.

Il y a quelques jours, un délégué SNPHARE d’une zone endémique nous rapportait : « Ce que nous faisons depuis le début de la crise est un bel exemple de la solidarité médecins, soignants et administratifs au sein d’un service public qui est le seul à pouvoir faire ça. Mais maintenant, ce n’est plus possible de poursuivre de cette façon, et peut-être cela n’aura servi à rien. » Il fait le constat d’une ARS complètement débordée, de personnels initialement confinés puis finalement rappelés pour assurer leur mission de service public quitte à prendre des risques pour eux-mêmes, et d’une pénurie imminente de masques mettant en péril la vie « normale » du bloc opératoire, qui assure aussi des interventions urgentes et celles qui ne peuvent attendre la fin d’une épidémie.

Les personnels de l’hôpital public sont dévoués à la santé de la population, et donnent actuellement sans compter. Durant plusieurs semaines, ils vont devoir faire face à une crise sanitaire sans précédent. Ils deviennent victimes de l’impréparation des tutelles à une telle crise : tolérance du désengagement de la médecine libérale, fermeture de lits, dogmatisme anti-hôpital public, et de la déconnexion pourtant si souvent dénoncée entre les instances ministérielles (DGOS) et la réalité  des services hospitaliers, en termes de personnels, de lits, de matériels.

Le SNPHARE demande au Ministre des Solidarités et de la Santé une remise en cause profonde des relations entre les tutelles et les personnels soignants, médicaux et paramédicaux, qui sont tous les jours auprès des patients. Une écoute suivie d’actions cohérentes avec la réalité du terrain est un élément indispensable pour assurer la pérennité de la prise en charge médicale de tous nos concitoyens, notamment en cas de crise sanitaire.


Télécharger le PDF
Envoyer :
Imprimer :

Commentaires

Nos derniers tweets
Retrouvez-nous sur Facebook
Projet du SNPHARE
Abonnez-vous à la newsletter

Ne ratez plus aucune actualité

en entrant vos cordonnées ici

Victime, Agression, injustice ?

RESTEZ INFORMÉ, INSCRIVEZ-VOUS AU SNPHARE

ADHÉRER