Syndicat National des Praticiens Hospitaliers Anesthésistes Réanimateur Elargi

Accueil > Actualités > Concertations sur la modernisation du statut de PH

Concertations sur la modernisation du statut de PH

Actualités du Jeudi le 13 février, 2020

Après une interruption brutale, les concertations sur la modernisation du statut de PH reprennent selon un calendrier « au pas de charge », les ordonnances devant être écrites pour le 24 juillet 2020.

Une première réunion a eu lieu le 30 janvier, traitant de la prime d’exercice territorial, des valences, de la prime d’intéressement collectif et des entretiens annuels individuels.

Le conseil d’administration vous livre son analyse des propositions du ministère :
- Concernant la PET, nous rappelons que l’exercice multi-sites peut être attractif ou une contrainte, selon la spécialité et les modalités de l’exercice. Si le principe de distance minimale de 20 km pour l’obtention de la PET semble être enfin aboli, l’ouverture à une activité libérale > 20 % dans les déserts médicaux nous semble encore une fois une inquiétante méthode pour « mettre du beurre dans les épinards » des PH, tout en validant la disparition des services publics dans ces déserts.
- Concernant les valences, nous devrions être très contents : c’est une mesure-phare du SNPHARE depuis très longtemps. Malheureusement, la définition de ces valences est très contraignante, demandant une validation par toutes les niveaux de la gouvernance, jusqu’au directeur d’établissement ; alors que nous plébiscitons que les obligations de service des PH doivent (et non « peuvent ») se répartir entre 80 % d’activité clinique et 20 % d’activité soit clinique (publique ou libérale), soit non-clinique, au choix du praticien, seules des valences non cliniques sont envisagées ; nous demandons que ces valences (hors activité libérale) soient valorisées 2 plages additionnelles, en symétrie de la rémunération liée à l’activité des PH ayant une activité libérale.
- Concernant la prime d’intéressement collectif : c’est un grand « non » ! Le SNPHARE ne peut cautionner que l’on poursuive le virage vers l’hôpital-entreprise et que l’on valorise la productivité, la performance.
- Concernant les entretiens annuels individuels : ceux-ci sont, comme présentés, dangereux, surtout pour les équipes en difficulté, car laissent libre cours à l’arbitraire de la gouvernance. 

Nous sommes très inquiets : censées augmenter l’attractivité du statut de praticien hospitalier en le « dépoussiérant », ces propositions semblent plutôt l’enfermer dans un carcan !

Nous avons dans ce sens remis un document traduisant notre analyse au ministère, et rédigé un communiqué de presse ce 12 février 2020 (cf infra).

Nous attendons beaucoup des prochaines concertations, même si le calendrier ne semble pas traiter les sujets essentiels qui redonneront de l’attractivité au statut : temps et condition de travail, rémunérations.

Il est donc utile et indispensable de maintenir une pression continue pour défendre notre statut, comme nos retraites. L’hôpital public a besoin de médecins hospitaliers titulaires, engagés de manière pérenne avec leurs équipes pour une vision d’avenir de leur service et pour le bon soin de chaque patient. C’est dans ce sens que nous nous mobilisons ensemble le 14 février 2020 : l’hôpital public est capable de si belles choses, si on lui en donne les moyens.

 


Télécharger le PDF
Envoyer :
Imprimer :

Commentaires

Nos derniers tweets
Retrouvez-nous sur Facebook
Projet du SNPHARE
Abonnez-vous à la newsletter

Ne ratez plus aucune actualité

en entrant vos cordonnées ici

Victime, Agression, injustice ?

RESTEZ INFORMÉ, INSCRIVEZ-VOUS AU SNPHARE

ADHÉRER