Syndicat National des Praticiens Hospitaliers Anesthésistes Réanimateur Elargi

Accueil > Communiqué de presse > Communiqué de presse du 11 octobre 2018

Communiqué de presse du 11 octobre 2018

Communiqué de presse du Jeudi le 11 octobre, 2018

Le SNPHARE vient de prendre connaissance, avec une profonde douleur, du suicide de notre collègue radiologue à Châteauroux et de la tentative de suicide de notre collègue anesthésiste-réanimateur à Bordeaux, avec laquelle nous sommes en contact. Ces drames se sont produits sur leur lieu de travail respectif.

Nous partageons la douleur des familles et des collègues, et les soutenons dans cette épreuve difficile.

Pour rappel, la situation locale des médecins hospitaliers n’a pas évolué et reste à très fort risque de décompensation psychique car rien n’est fait pour la prévention des risques psycho-sociaux. Tout ce que nous réclamons, depuis au moins 15 ans, pour le respect des médecins et de leurs conditions de travail a été balayé d’un revers de main.

Les textes réglementaires européens sur le temps de travail ne sont pas appliqués. Le management reste totalement autoritaire et sans évaluation. Le harcèlement n’est pas sanctionné car il émane le plus souvent de la hiérarchie médicale protégée par la gouvernance. Nous n’avons toujours pas accès au CHSCT, la médecine du travail n’a aucun moyen pour son exercice, et nous subissons au quotidien les conséquences incessantes des pressions à l’activité dans un contexte démographique catastrophique sans aucune perspective d’amélioration.

Les collectifs de travail sont souvent détruits, les missions de conciliation régionale des CRP n’ont aucun moyen de fonctionnement, et les décrets de la mission de médiation nationale sont en attente, depuis plus d’un an.

Les médecins hospitaliers appartiennent aux professions les plus exposées, et les moins protégées. La stratégie de transformation du système de santé, dévoilée le 18 septembre par le Président de la République, représentait un réel espoir face à la souffrance des personnels soignants à l’hôpital mais nous sommes loin d’une réforme en profondeur de l’organisation interne de l’hôpital. Or, rien dans les propositions de réforme d’Emmanuel Macron pourtant appelées « Ma  santé », ne permet de voir ni un changement de paradigme ni la prise en compte de la qualité de vie au travail pourtant indispensables à la prise en charge optimale de nos patients.

Chaque suicide est un drame de trop : personne ne peut attendre « 2022 ». Le SNPHARE exige que des mesures concrètes immédiates soient prises pour la santé au travail des médecins hospitaliers.


Télécharger le PDF
Envoyer :
Imprimer :

Commentaires

Nos derniers tweets
Retrouvez-nous sur Facebook
Le rapport qui pique
Abonnez-vous à la newsletter

Ne ratez plus aucune actualité et rejoignez les 1106 personnes déjà abonnées !

Victime, Agression, injustice ?

RESTEZ INFORMÉ, INSCRIVEZ-VOUS AU SNPHARE

ADHÉRER